26 août 2022

Enquête IRAI-Léger sur les pouvoirs dont devrait disposer l’État du Québec

Dans:

Signée par le professeur Daniel Turp, président de l’Institut, cette note de recherche expose les résultats d’un sondage d’opinion réalisé par la firme Léger 360 à la demande de l’IRAI. Mené du 11 au 16 août 2022 auprès de 1 002 répondants et répondantes, cette enquête, sans précédent de par son ampleur, porte sur l’étendue des pouvoirs politiques dont devrait disposer l’État du Québec.

Après avoir fait état du contexte politique dans lequel s’inscrivent ces travaux, l’auteur présente et commente les résultats du sondage.

Sur le plan global, on constate une inclination forte au sein de la population québécoise à ce que le Québec assume chacune des principales responsabilités d’un État indépendant.

Au chapître des prérogatives dont devrait disposer l’État québécois, le sondage montre qu’une majorité absolue de Québécois et Québécoises seraient favorable à ce que le Québec dispose de tous les pouvoirs de décision énoncés dans le questionnaire, sauf en matière de sécurité, de renseignement et de défense nationale, où cette idée suscite l’adhésion d’une majorité simple de répondants.

Sur la question du régime constitutionnel, de la représentation internationale et des institutions du Québec, une majorité absolue de personnes sondées voit d’un bon oeil que le Québec abolisse la monarchie, et une majorité simple appuie l’idée que le Québec soit membre de l’ONU, qu’il se dote de sa propre citoyenneté et qu’il délègue sa propre équipe aux compétitions sportives internationales.

Chez les francophones, l’ensemble de ces propositions, tant sur les pouvoirs décisionnels que sur le régime et le statut international du Québec, reçoivent la faveur d’une majorité absolue.

Parmi les répondants et répondantes qui voteraient contre la souveraineté du Québec (les « fédéralistes »), on note une adhésion majoritaire (simple ou absolue) à la plupart des propositions du questionnaire relatives aux pouvoirs politiques que devrait exercer le Québec, les deux seules exceptions étant le transport international ainsi que la sécurité, le renseignement et la défense nationale. Eu égard au régime et à la représentation internationale du Québec, si une majorité simple de fédéralistes se prononce en faveur de l’abolition de la monarchie, on constate toutefois une forte opposition à l’idée que le Québec siège à l’ONU, qu’il ait sa propre équipe nationale, qu’il se dote de sa propre constitution ou qu’il établisse sa propre citoyenneté.

À la lumière des résultats globaux de cette enquête, l’auteur discute de l’écart important qui paraît se dégager entre, d’une part, l’appétit observé de la population pour que le Québec exerce tous les pouvoirs d’un État indépendant, et d’autre part, les limites objectives de l’offre « autonomiste » du gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Les annexes 1, 2 et 3 de la note présentent respectivement la méthodologie, les résultats détaillés et les données brutes du sondage.

Cliquez ici pour consulter le texte intégral de la note.
(Pour une qualité optimale, télécharger le fichier.)

Communiqué diffusé par l’IRAI, 2022-08-27.

Rapport complet de la firme Léger.

Lettre ouverte de Daniel Turp (JdM, JdQ), 2022-08-27.

Entrevue accordée par Daniel Turp à Richard Martineau (Qub), 2022-08-29.

Entrevue accordée par Daniel Turp à Antoine Robitaille (Qub), 2022-08-31.

Types de publications